Faciliter la reconnaissance des diplômes obtenus à l’étranger

Alors que dans les territoires métropolitains nous manquons de médecins, de kinésithérapeute, d’infirmières et même d’enseignants, nombre de nos compatriotes ne peuvent exercer leur profession faute d’avoir obtenu une reconnaissance de leur diplôme passé à l’étranger. Cette situation, usante pour ceux qui y sont confrontés, et dommageable pour nos services publics et notre activité économique, doit cesser. Nous nous battrons pour faciliter et accélérer les procédures administratives.